Le Bondage
Une chronique proposée par Alextied
depuis le 09/07/2008
l'historique, la technique des noeuds de base, les figures.
Figures de style

Encorder quelqu'un, c'est un langage, c'est entamer un dialogue avec un corps.


Crédit Photo :
Utilisez des cordes de chanvre ou de produits naturels, cela ne glisse pas et cela va tellement mieux avec la peau. Encorder quelqu'un, c'est un langage, c'est entamer un dialogue avec un corps. Pour l'esthétisme et le confort, le chanvre va très bien. La corde va enserrer, lier, marquer la peau en différents points de passage. C'est très beau un corps libéré qui porte encore les traces du bondage. Il y a une célèbre photo d'Araki qui montre cela. Les traces peuvent être plus excitantes que le bondage lui-même, car l'imagination travaille et reproduit ce qu'a subit, ce qu'a ressenti le modèle. C'est de l'ordre du fantasme.
Une des premières figure consiste à attacher les poignets, c'est d'ailleurs le même noeud qui peut servir à attacher les chevilles. Prendre une corde d'environ 4 mètres, l'utiliser en double. Passer la corde dans la boucle, faire un tour en sens inverse et un troisième tour. Passez ensuite les brins dans la boucle du premier tour, puis séparez les et faites les tourner entre les poignets, cela crée une sorte de menotte. Terminez l'ensemble par un noeud plat. C'est un point de départ très efficace.


Crédit Photo :
Autre figure, celle du " soutien-gorge ". Pour faire un bondage de la poitrine, deux cordes sont nécessaires.
D'abord attachez les poignets dans les dos avec un noeud de bondage.
Ensuite passez une corde sous les seins, la passer derrière dans la boucle des poignets revenir devant sur les seins, serrez un peu, attachez là dans le dos. Avec l'autre corde utilisée en double, faire une boucle au milieu de la poitrine.
Prendre un brin et entourer le sein par en dessous, faire deux tours ou plus selon le volume de la poitrine.
A chaque fois passer dans les deux premières cordes qui servent de support, faire de même pour l'autre seins. Bloquer la corde dans le dos. Les seins sont comprimés par les cordes, ce qui permet de travailler les tétons.
La poitrine et les épaules sont immobilisées ainsi que les poignets maintenus dans le dos.
La figure est assez excitante.


Crédit Photo :
Les bondages les plus célèbres sont en japonais le Kikou, la corde forme un dessin d'écailles de tortue sur la partie interne du thorax.
Le Hishi qui a l'apparence d'un diamant taillé, il se pratique sur le dos et le devant du corps. Il est très célèbre car souvent utilisé dans les mangas. L'Ebi a la forme d'une crevette.
On trouve de nombreuses photos de ces bondages sur Internet.
Le Kataashi Tsuri est une suspension par une jambe, très répandu dans les bondages japonais, il est aussi le point de départ de cette autre forme de bondage que sont les suspensions. Ce Kataashi Tsuri est particulièrement impudique.
Les bondages japonais contrairement aux occidentaux sont souvent asymétriques. Autre culture, autre appréhension de l'esthétisme et ceci pour notre plus grand plaisir. N'hésitez plus ! Attachez votre partenaire pour pénétrer dans une nouvelle dimension de l'érotisme.
Des cinéastes ont utilisé le bondage dans leurs films pour titiller nos sens.
Ainsi Catherine Deneuve, Sandra Bullock, Alyssa Milano, Nicole Kidman, Traci Wolfe, Linda Hamilton, Lena Olin et bien d'autres se sont laissées attacher.

Cet auteur a publié 12 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';