La torture
Une chronique proposée par Alextied
depuis le 14/08/2008
Musée de la torture à Vienne
La torture a son musée à Vienne (Autriche).

C'est un peu comme le musée de madame Tussaud à Londres ou le musée Grévin à Paris, sauf que le sujet est beaucoup plus excitant et troublant. Il s'agit rien de moins qu'un musée entier dédié à la torture.

Il s'agit rien de moins qu'un musée entier dédié à la torture.

Crédit Photo : Folter museum
Le bien nommé musée de la torture de Vienne en Autriche, offre des représentations très réalistes de la domination de l'homme sur l'homme et des sévices que celui-ci a pu inventer au cours des âges. Ces expositions, ces témoignages donnent des informations précises sur le côté sombre de l'histoire de l'humanité.
Est-ce par catharsis aujourd'hui que l'on se presse à ces expositions de l'horreur ? Ou bien dans un seul soucis de connaissance ? On remarque tout de même qu'ils fleurissent dans les ex pays nazis ou dans l'ancienne URSS comme à Tallin ou Saint-Pétersbourg ou Prague.
La grande différence avec les pratiques BDSM, c'est que celles-ci ne conduisent pas à la mort. La douleur n'est pas infligée dans le but de tuer, mais dans un but de plaisir et de jouissances extrêmes et c'est une autre histoire. Bien sûr on s'inspire de ces ambiances, on utilise parfois les mêmes instruments, les mises en scènes sont réalistes et cruelles, mais c'est pour mieux surfer sur l'émotion et les sens.
Dès l'entrée du musée, le ton est donné. Le caissier a la pâleur d'un vampire avec des petites lunettes cerclées et des cheveux très longs. Au dessus de sa tête un grand tableau réaliste aux tons crus montre des visages grimaçants et des corps torturés.
Dans chaque salle des scènes atroces sont représentées.
Parmi les plus marquantes il y a celle du supplice de la roue. On voit le corps du malheureux tordu de douleurs, attaché sur une roue inclinée. Ou encore le supplice de l'outre humaine. On fait boire au prisonnier des litres d'eau. Son ventre se gonfle et il semble asphyxié par l'excès. Autre supplice, la marmite d'huile bouillante où l'homme est trempé. Ou le bûcher où brûle une femme comme Jeanne d'Arc. La Sainte Inquisition est passée par là.
De nombreux objets de torture sont exposés, comme différentes pinces, pics et tisons. Il y a des objets plus spectaculaires comme une cage étroite ou encore une cage suspendue où l'homme debout était enfermé, cerclé de fer.
Il y a aussi la fameuse cage de forme féminine surmontée d'une tête de femme, munie de nombreux poignards qui blessent et tuent la personne enfermée. Cette cage est utilisée dans un film de James Bond.
Une autre vitrine que j'aime bien, contient de nombreuses ceintures de chasteté aux formes rudes et aux mécanismes efficaces qui stimulent l'imagination et nous rapproche de nos jeux BDSM.
C'est une visite intéressante, un peu glauque qui nous trouble et nous stimule, une curiosité dans une escapade viennoise.

Folter museum 6, Fritz-Grunbaul-Platz Vienna tél : 595 45 93.

Cet auteur a publié 12 articles
Réagissez à cet article, déposez un commentaire :    
Commentaires de nos lecteurs : Voir
Sur le même thème :
';